News

Valise à roulettes, la décadence?

Wall-e Wall-e

Elle a débarqué il y a déjà quelques années. Intéressante et (f?)utile au premier abord, elle devait, j’imagine, permettre à des voyageurs partant s’installer quelques temps loin de leur Home Sweet Home de survivre, et pouvoir transporter facilement un package important, là où, au lieu de porter sur le dos 25kg vous les tirez sur des roulettes, ce qui est quand même plus pratique; mais elle devait aussi faciliter la vie aux personnes « faibles », âgées, malades, voir femmes enceintes, et ainsi de pouvoir transporter facilement des affaires lors de leurs déplacements.

L’idée était bonne et louable, au début.

Quelques années ont passé, la valise à roulette, cette plaie, est entrée dans les mœurs, et comme une invasion de fourmis qu’on négligerait à traiter, elles ont envahi notre quotidien, et se trouvent désormais partout : gares, aéroports, bus, rue, tel les punaises aux Etats-Unis, partout je vous dis ! Toi voyageur à l’ancienne, qui sur ton dos porte un sac à dos coloré, qui passe du temps à tout caser pour économiser de la place et du poids, tu me comprends certainement !

Et surtout, de la mamie en difficulté qui peut légitimement s’avérer satisfaite de ses nouvelles roulettes, elle a intégré toute les franges de notre société, et surtout tous les âges. Pourquoi?
Pourquoi est-ce que je râle contre ces valises pour papys ? Qu’est-ce qu’il a encore, après les parapluies, à râler sur un truc vachement sympa qui m’empêche de me fatiguer se demande le lecteur un peu bougon ?

Pour commencer, je prends déjà le train tous les jours, pour travailler et je dois supporter 95% des utilisateurs de la gare qui soit utilisent leur valise en tant que canne pour la faire rouler à un mètre d’eux (car l’évolution de la valise que tu tiens derrière est la valise que maintenant tu pousses, c’est moins fatiguant), soit tirent, souvent là aussi assez loin derrière eux, sans bien entendu faire attention aux personnes autour, environs proches constitués de pieds, d’être vivants différents de leur petit nombril. En heures de pointe cela double voir triple complètement la population de la gare déjà bien nombreuse, et tu passes rapidement à une surpopulation inversement proportionnelle à celle de la Laponie ! Parisien, même si tu utilises aussi ce truc dégradant, tu me comprends quand je parle de la population de la gare de Lyon un vendredi soir veille de vacances. Tu dois te battre pour attraper ton train sans perdre une jambe ou renverser un légume au passage.

De plus, les propriétaires de valises à roulettes (enfin je pourrais dire « toi lecteur », car j’imagine que tu en possèdes une – voir plusieurs, la nouvelle génération type canne sur laquelle tu peux t’appuyer est quand même GE-NI-AL-E – et que tu te reconnais un peu dans ma description) ne savent pas non plus utiliser l’escalator ou l’escalier avec leur canne a roulette : ils avancent, et s’arrêtent, mettant une minute (nan je ne suis pas marseillais) et bloquant toute la file pour sortir ou rentrer la poignée pour la porter et faire un pas avec leur valise à la main.
Ceci devant être la chose la plus difficile à faire. Des fois, j’ai même un moment de pitié, quand je vois ces pauvres personnes bloquées devant un escalier non roulant, le regard vitreux devant l’effort infernal à venir, obligées de porter leur valise (j’avais d’ailleurs fait un lapsus, et mis leur « valide » au lieu de valise, révélateur ce lapsus) pour monter un escalier, certainement les 20 marches les plus difficiles de leur journée, 20 minutes pour s’en remettre. Une vie tellement difficile.

Là vous continuez à vous dire, mais quel relou, pourquoi tant de haine (si vous êtes arrivé là, c’est peut-être aussi que vous êtes un peu d’accord, non) ?

Pourquoi donc? Parce que ça me choque.

Nous vivons dans un monde où tout est fait pour nous empêcher de faire des efforts, d’avancer par nous même, l’individualisme prime (car oui, je maintiens, c’est très chiant les personnes qui traînent leurs valises, prennent toute la place dans l’escalator (sans aucune once d’intelligente de se mettre à droite avec leur valise et ainsi permettre aux gens qui eux savent monter des marches de passer), où buggent devant l’escalier, ayant complètement oublié que 10 ans auparavant, en meilleur forme elles seraient montées sans trop de poser de questions, et surtout oublient et ne se rendent absolument compte qu’elles ne sont pas toute seule, qu’elles tirent un truc à un mètre d’elles, et qu’au lieu de s’abrutir de fainéantise elles pourraient au moins faire attention à ce qu’il y a autour d’eux, aux autres, et penser à leur corps se dégradant et de plus en plus incapable de sortir de sa petite zone de confort urbain.

Je ne sais pas si vous avez vu le film Wall-e, mais une image qui m’est restée est celle où tous les obèses se déplacent dans leurs fauteuils automatiques, incapable de ne rien faire.

Wall-e

Wall-e

C’est vraiment cette impression que j’ai des utilisateurs de valises à roulette. De même que certains utilisateurs d’escalators, j’essaye personnellement de prendre un maximum d’escaliers, pour garder la forme et car je peux le faire (et je pense souvent à ceux qui aimeraient tellement pouvoir marcher et monter un escalier…), mais quand je vois les personnes qui restent bloquées certains matins en bas lorsque ceux-ci sont en panne, la queue causée par un escalator en panne, de gens incapable de monter ou descendre un escalier à une vitesse correcte, de la même façon que ces personnes sont incapables de porter leur valise le temps de quelques marches, je me pose des questions sur l’évolution de notre société…

Evolution de l'humanité

Evolution de l’humanité

Et là encore, je ne parle pas des personnes qui ont une valise de 20kg, je parle du plus en plus de personnes qui ont des valises de taille de plus en plus réduites, mais à roulette. J’ai quand même vu plusieurs fois des personnes tirer des valises de la taille d’un sac à main, ou des ordinateurs portables « à roulette ». Ça ne choque que moi ?

Je suis parti 2 jours avec des collègues (donc une nuit) et chacun (presque) avait sa valise à roulette, remplie de tonnes d’affaires, là où j’avais un sac à dos léger avec les affaires de base : pour le lendemain de la rechange, pour la toilette, et un bouquin. Pour 2 jours quoi.
Chacun fait ce qu’il veut, mais à l’heure où on parle de pollution, économie d’énergie, combien de kilo de carbone et de kérosène en plus sont dépensés et gaspillés par des gens qui prennent toujours plus, dans des valises toujours plus grosses, lourdes, prenant de plus en plus de place dans des avions pas forcement fait pour ça ? (car bien sûr ils les gardent en cabine, et si tu arrives un peu tard, avec ton petit sac à dos tu ne trouves pas forcement de place….).

A méditer, j’ai souvent l’impression d’être le seul à me poser ces questions…

 

A propos Laponico (550 Articles)
Passionné des régions nordiques et scandinaves. J'ai plusieurs voyages à mon actif, en Laponie suédoise, norvégienne et finlandaise, ainsi que dans d'autres régions de ces pays. J'aime les grands espaces, la nature et je pratique le karaté et la course à pieds/trail. N'hésitez pas à me contacter.

13 Commentaires le Valise à roulettes, la décadence?

  1. Bonjour,
    Désolée mais votre cher sac à dos, ce n’est vraiment pas mieux. Dans le métro c’est même carrément un cauchemar. Certains tiennent la place de trois personnes, la plupart sont portés par des gens qui ne se préoccupent absolument pas de leur volume. Et cerise sur le gâteau, recevoir un bon gros coup de sac à dos dans la figure, croyez-moi ça ne fait pas de bien. En fait il vaut mieux n’avoir ni machin à roulettes ni machin à dos.
    Bonne journée.
    N.

    • C’est pas faux, les gens qui gardent leur sac à dos m’énervent également, mais ils sont tellement minoritaires que j’ai préféré me concentrer sur les 98% qui ont une valise 🙂

  2. Nous avons la bonne cinquantaine, la santé, un profond respect des autres… et nous n’avons jamais reculé devant l’effort. Nous revenons d’un petit périple (en avion et train) en république tchèque et j’ai découvert votre « coup de gueule » en faisant des recherches en prévision de l’achat d’une nouvelle valise… à roulettes ! Car nous avons rencontré beaucoup de difficultés avec notre valise, pourtant à roulettes, mais de 1ère génération et que nous n’avions plus utilisée depuis longtemps qu’en camping, dans le coffre de la voiture.
    Je trouve vos commentaires très très sévères voire même un peu égoïstes. Car ce n’est pas parce que vous êtes un adepte inconditionnel du sac à dos que tout le monde de devrait être comme vous. Il y a des circonstances ou un âge où, sans être de vieux croûlants, on n’à pas forcément l’envie ou la force de porter un gros sac à dos ou un gros sac à bagages tout court. Nous n’avons pas choisi d’aller encombrer le métro ou les gares avec notre valise : il se trouve que les aéroports sont situés près des grosses villes et que c’est un passage obligé !
    Métro et gares ne sont pas non plus réservés aux parisiens ou habitants de la ville. Et soyez un peu plus indulgent avec ceux qui ne connaissent pas les codes (ni votre rythme pressé/stressé de citadin). Provinciale ayant fréquenté régulièrement la capitale, je n’ai, par exemple, appris qu’au bout de plusieurs séjours la règle qui consiste à se tenir bien à droite pour laisser la place à ceux qui veulent doubler dans les escalators. Et je peux dire que bien d’autres provinciaux ne la connaissent pas non plus (et il ne s’agit pas d’avoir « une once d’intelligence » ou pas).
    Ne voyez aucune animosité dans mes propos, juste l’envie de mettre un autre point de vue dans la balance pour essayer de mieux vivre ensemble. Votre « trait d’humeur » m’aura même permis de découvrir qu’il y a aussi des valises à roulettes encore moins fatigantes « qu’on pousse »… car, si je pars en voyage, et même si je suis loin de « m’abrutir de fainéantise », ce n’est pour « galérer » avec ma valise !
    Cordialement
    Mary

    • Bonjour Marylène; je comprends très bien, et je sais que je peux êtreun peu « extrême ». Cependant, si je peux comprendre l’intérêt de ces valises sur des personnes handicapées, se déplaçant facilement, âgées, j’ai toujours du mal après pour la partie « confort »: comme les escalators, on est dans un monde maintenant où plus personne ne veut faire d’effort, tout doit être simplifié, plus personne ne sait porter un sac, monter un escalier, marcher sans prendre la voiture, et (même si je suis jeune), ça me choque. Au final à force d’en faire de moins en moins, de refuser petit à petit le moindre petit effort, l’homme régresse. Mais je peux comprendre que certains n’en aient rien à faire, personnellement je refuse de devenir comme les personnages du film Wall-E !
      Après effectivement cela se mix avec ma vie de parisien, mais c’est pareil quand je pars en voyage, dans les aéroports ou autre, je regarde comment font les gens, j’essaye de me positionner pour gêner le moins possible (car une personne avec un sac a dos sur son dos dans le métro est tout aussi gênante – voir plus – qu’une valise à roulette).
      Après, c’est une philosophie de la vie 🙂

  3. As-tu déjà transporté une sacoche d’ordinateur portable à bout de bras pendant des heures ? Ca doit bien peser dans les 5 kilos au total. Les roulettes sont bien utiles, surtout que tu as généralement d’autres bagages et sacs.
    Dans quel état de transpiration est ton dos lorsque tu te balades avec un sac à dos, sur le dos pendant des heures à Paris au mois d’août?
    Une nouvelle canne ?? et le sac à dos, le nouvel oreiller ?
    Tu affirmes que les possesseurs de valise te gênent et obstruent ton passage, mais toi avec ton sac à dos, ne crois tu pas que tu déranges aussi les gens par exemple dans le métro ?
    J’arrête là … ton article est la démonstration même d’un esprit borné

    • Oui j’ai deja porté des sacoches d’ordinateurs, d’ailleurs il eiste un truc génial qui s’appelle une sangle et permet de porter en bandoulière le pc…ce que je fais régulièrement d’ailleurs.
      Le sac et le métro ensuite, effectivement ça peut etre très ennuyeux, et bien là aussi, j’ai la solution: enlever son sac, et le poser à ses pieds : imparable, vous ne gênerez personnes ! Après, peut-etre que vous n’y avez effectivement pas pensé…
      La transpiration, oui c’est un problème, c’est sûr, mais ça n’embête que moi, et j’utilise des vêtements techniques pour limiter au maximum ce petit inconvénient, et pas sûr qu’en traînant une valide la fatigue soit inexistante non plus, donc après soit on est incapable de porter un minimum de poids – ce que je peux comprendre, notamment pour les personnes âgées – soit on fait partie du reste des personnes incapable du moindre effort, comme monter un escalier, au lieu de prendre un escalator, etc…
      Se balader pendant des heures en pleine chaleur, bein il suffit de trouver une consigne, il y en a un peu partout (dont Paris)…
      Mais j’avoue avoir de temps à autre un esprit borné, juste j’évite d’emmerder les autres avec mes sacs ou autre, je laisse passer les gens quand je n’avance pas, c’est juste un peu d’organisation 🙂

  4. Houlah!!! Oui ça peut être gênant quand les gens sont indélicats…..
    Mais que penser des indélicats en sac à dos qui oublient qu’avec leur maison sur le dos ils doublent de volume voire même qui s’en servent de poussoir pour entrer à reculons dans le métro et RER????
    Difficile quand même de voyager les mains vides oui une valise même en main ça prend de la place , un gros sac à dos qu’on se prend dans le visage parfois, aussi….
    Quand aux escalators ceux qui savent monter les escaliers comme vous dites et qui sont exaspérés par ceux qui se laissent monter (au départ c’est fait pour ça non?) pourquoi ne prennent ils pas les escaliers tout simplement???
    Allez sans rancune et ne perdez pas de vue qu’un jour vous allez aussi perdre un peu de mobilité ….

  5. Jean-Luc Martinez // 19 mars 2014 á 13 h 50 min // Répondre

    Je vois surtout que tu ne respectes pas le rythme des autres. TON rythme est le bon et les autres sont des gêneurs qui t’empêchent d’aller vite, toujours plus viiiite. Le parisien classique, méprisant, un vrai cliché. Parapluies, escalators et valises à roulettes vs sac à dos, courses dans le métro et codes à connaître sous peine de regards méprisants, plein d’arrogance de celui qui détient la vérité de ce qui DOIT être un comportement dans les transports en commun.

    • Si je respecte les autres justement, je fais très attention à ne pas bousculer les gens, à me pousser pour laisser passer ceux qui vont plus vite que moi, ne pas gêner dans les escalators quand je les prends; quand j’ai un sac à dos, je le prends à la main dans le métro pour ne pas bousculer mes voisins, donc si, je respecte les autres justement. Par contre, en majorité, les gens ne respecte pas, et là n’est pas une question de parisiens ou autre, mais les gens prenant toute la place sans faire attention avec leurs valises ou ceux qui restent bloqués dans des escalators, à l’entrée d’escaliers ou autre, sans AUCUNE considération pour leurs voisins et les autre, c’est eux qui ne respectent personne. Je n’ai aucune honte de mon comportement, car je sais que je fait toujours attention à ne pas gêner les personnes autour de moi.Après, nous sommes dans un monde de plus en plus individualiste, et je vois que reprocher cela est perçu comme l’inverse, ce qui est tout juste hallucinant !

  6. En fait il y a 2 choses qui me gênent avec la valise:
    La première c’est vraiment un côté « philosophique » avec ce côté de tout nous simplifier, et nous emmener vers la « légumisation » (je mettrais ça en parallèle avec les escalators)
    Ensuite il y a le côté embêtant pour les autres, et le fait qu’un conducteur de valise a roulette est généralement un gros boulet (j’exagère un peu, mais je le pense souvent) qui ne fait attention à rien, est devient incapable de porter sa valise pour passer les obstacles. Et là, je caricature, bien sur que vous n’êtes pas tous comme ça…).
    Après, je comprend parfaitement les arguments des uns et des autres, juste que perso, jamais je n’en utiliserais (quand je pars en déplacement, pc dans son sac en bandoulière, affaires dans le sac à dos, JAMAIS je n’utiliserais de roulettes (sauf à partir de 70 ans). Mais j’avoue que des fois ce serait pratique, mais je porte, je souffre, je râle, je reste droit avec moi-même 🙂

  7. Loin de pousser aussi loin la satire, la valise qui au premier abord semble comporter des atouts, a tout de même de nombreux inconvénients dont tu cites. Mais je retiens aussi que par exemple, c’est un geste « non naturel » qui déséquilibre le dos, alors qu’un sac à dos bien réglé et porté, non…

    Mais des fois, une valise c’est mieux. Exemple: je pars pour le boulot en mission pour plusieurs jours et je dois prendre le sac à dos du portable.. Comment fais je pour porter l’autre sac à dos comprenant les fringues ? Une petite valise dans ce cas est mieux..

    Mais globalement, c’est sac à dos, en effet..

  8. Même après avoir lu ton article en entier, si je devais voyager au moins un an à nouveau, j’opterais pour une valise à roulette. Petit format, moins volumineuse que mon sac à dos (un 50L), et discrète pour réduire les risques de vol.

    Elle aurait même l’option « canne » dont tu parles, car tu le sais déjà, difficile de tirer une valise à roulette derrière soi sans qu’elle se retourne à cause d’un trottoir ou d’un pied – « oups, pardon madame !« .

    C’est vrai que c’est gênant de zigzaguer entre ces obstacles à roulettes dans les aéroports et les grandes gares, mais je trouve que ça reste une solution intéressante.

  9. légume/mamie/papy // 31 mai 2013 á 10 h 43 min // Répondre

    Euh… Mais qui est dans cette histoire ?

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Souffler le froid et le chaud Carnets Nordiques
  2. Recherches étranges nordiques | Carnets Nordiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*