News

J’ai entendu chanter la rivière

Sur le bord de la rivière Kalix en Laponie Sur le bord de la rivière Kalix en Laponie

De retour de Laponie

De retour sur ce superbe mais trop court séjour en Laponie, dans la fureur, la pollution et la grisaille parisienne – quel contraste affolant -.
Avant d’entrer dans le vif du carnet, et parler plus en profondeur de cette aventure, beaucoup plus tranquille que prévue au départ, mais avec néanmoins son lot de frayeurs, de moments pas évidents, de solitude et de bonheur, voici un résumé de cette folle mais superbe semaine.
De Stockholm à Kiruna, puis de Junosuando aux rives de la rivière Kalix, avant le retour dans la capitale Suédoise, de l’avion à la motoneige et puis enfin mes skis, piocher dans mes souvenirs et sélectionner les plus belles et adéquates photos ne sera pas une mince affaire !

Sur le bord de la rivière Kalix en Laponie

Sur le bord de la rivière Kalix en Laponie, partiellement gelée (de très épais à libre): “ne vas surtout pas dessus”

Un nouveau séjour en Laponie, différent !

En effet, pour mettre l’histoire dans son contexte, et rappeler ce que j’avais énoncé dans mes différents articles relatifs à cette aventure en Laponie, rien ne s’est déroulé comme prévu initialement (dans le bon sens du terme), et je n’ai pas encore l’idée de quelle forme prendra le retour final sur cette histoire.
Ce n’était pas un road trip avec ses étapes, ses différents paysages, villes et visites quotidiennes, et des rencontres, non, juste quelques jours perdu dans la forêt (en Laponie cependant), qu’il est donc difficile de résumer de façon linéaire sans trop vous ennuyer ni être redondant, même si j’ai très envie de le faire et partager tout ça (mais de conserver aussi un jardin secret, enneigé évidemment). Néanmoins, j’ai quand même envie de vous parler de cette belle histoire de rivière rapidement, tant que les souvenirs et les émotions sont encore bien présentes, de vous montrer et partager quelques photos de ce qui fut mon quotidien et mes routines, avant d’entrer dans les semaines à venir de manière plus précise, sur ce projet mûri depuis plusieurs mois, et rêvé depuis, pfiou…

L’aventure en Laponie, c’était quoi?

Mon objectif de départ était donc d’emprunter des skis et une pulka, à partir de Junosuando (village où mes amis de l’Aurora Retreat m’ont proposé de me prêter le matériel et de me conseiller sur le trajet), et essayer de me construire un igloo, survivre (de manière préparée, ce qui au final n’est pas réellement de la survie) pendant quelques jours, tout en étant seul dans la nature (Une sorte de Bear Grylls lapon, en quelque sorte).
Je ne cherchais pas l’exploit sportif, ni le raid nordique engagé, non, je voulais juste profiter de la vie, quitter le brouhaha ambiant, sortir du quotidien et me sentir vivre, et vibrer (vibrer est arrivé après par correction automatique de l’iPhone que j’ai pour le coup trouvé judicieuse) dans une région dont je suis tombé amoureux, il y a déjà 6 ans. Expérimenter également la solitude que j’apprécie de temps à autre, et apprécier de découvrir que les “humains” pouvaient manquer, et qu’il n’est pas simple tous les jours de vivre la solitude, qui d’ailleurs est plus souvent subie que choisie.

Sur le bord de la rivière Kalix en Laponie

Se retrouver seul dans ce genre d’endroits, et devoir traverser les rapides

Un long voyage pour monter dans le Grand Nord de l’Europe

Après donc de loooonnngues heures de trajet, depuis Bois le roi (train jusqu’à Paris, bus jusqu’à l’aéroport CDG, avion jusqu’à Stockholm, après-midi dans la capitale suédoise à faire du shopping, prendre le train de nuit jusqu’à Kiruna, en Laponie, puis le bus…), j’arrivais à Junosuando après plus de 34 heures de trajet, mon petit paradis en Laponie, où m’attendaient Mikael et sa petite dernière Sonja, à cet arrêt de Bus qui m’a déjà laissé tant de souvenirs.
Retrouvailles avec une personne que j’apprécie beaucoup et connaît maintenant depuis 6 ans et mon premier séjour à l’Aurora Retreat, meilleure Guest House de Suède et sûrement du monde d’ailleurs ! Mikael et Maya, sa femme que j’apprécie énormément aussi (et que nous retrouvons quelques minutes plus tard dans leur maison avec des pâtisseries tout juste sorties du four et un bon Yogi tea, m’ont en effet proposé de me prêter le matériel et me donner mes conseils adéquats sur où aller pendant ces quelques jours.

Aurora Retreat, guest house en Laponie

Aurora Retreat, meilleure Guest house de Laponie

Aurora Retreat, guest house en Laponie

Aurora Retreat

Aurora Retreat, guest house en Laponie

De longues heures (mais trop courtes…) passées à rêver devant cette fenêtre

Et comme aucun voyage ne se déroule comme prévu…

Surprise en arrivant, car mes plans initiaux ont changé, enfin, ils les ont été changé, et je découvre avec surprise qu’ils ont décidé de me déposer dans une réserve naturelle, à 30/40 km du village, perdu au milieu de nulle part, et accessible uniquement après 30 minutes de motoneige au milieu de la taïga, le long de la rivière Kalix.

Réserve de pêche en Laponie

L’entrée de “mon” territoire

Et, de me laisser à proximité d’un “camp” leur appartenant, comprenant une cabane (avec un lit et un poêle à bois), un coin repas abrité dehors, des toilettes sèches, et un sauna, avec du bois en réserve (et une bouteille de gaz pour manger et chauffer l’eau) !
Le minimum sans bien sûr ni électricité ou eau courante, mais pour moi un réel palace en pleine nature, le tout sur le bord de la rivière, endroit paradisiaque je vous dit !
Ne restant plus qu’à aller faire un trou dans la glace, que je n’aurais qu’à entretenir durant la semaine contre les méfaits du gel, et j’aurais ainsi de quoi me chauffer facilement, boire et m’abriter.

Mon camp en Laponie

Ma cabane en Laponie

Mon camp en Laponie

Mon camp en Laponie : cabane, abri, et sauna

Mon camp en Laponie

Mon camp en Laponie

Mon camp en Laponie

Mon jardin, première vue du matin

Mon camp en Laponie

Autour de moi, chaque moment, ce paysage (au fond mon trou pour l’eau)

Mon camp en Laponie

Sous la rassurant feu de la nuit, sur la rivière j’attends les Aurores Boréales sous le regard amusé des étoiles

“Et le soir, si tu écoutes bien…”

“Écoute” me dit Mikael, “On peut entendre chanter la rivière”.

Et effectivement, durant tout le séjour, j’entendais chanter la rivière sous la glace, non loin, seule amie pour accompagner ma solitude, une fois Mikael reparti quelque part dans la forêt avec la motoneige, j’étais seul dans ma cabane (dans mon camp, car je n’ai passé que mes nuits à l’intérieur) !

Mon camp en Laponie

De petits trous d’eau (rapide), pratiques pour pêcher ou juste boire l’eau si pure de la rivière. Les bosses sont causées par les rapides !

Mon camp en Laponie

Les rapides formaient des masses de glaces et de neiges, un son impressionnant en dessous

Mon camp en Laponie

Crevasses de glace sur la rivière

Mon camp en Laponie

Rivière qui avait pourtant l’air si calme à certains endroits

Libre à moi de faire mon igloo ou dormir sous le tarp, mais la neige rendant impossible la construction de la maison de glace (où alors vraiment un abri type survie mais plutôt inconfortable), il ne restait que le tarp pour vivre mon aventure en extérieur, sauf qu’avec une cabane me faisant me sentir comme Pete Fromm dans Indian Creek ou Sylvain Tesson (je reverrais d’ailleurs mon jugement sur son expérience en cabane que j’avais trop durement jugé et moyennement apprécié), difficile de se motiver à rester dehors par -15 (en début de soirée, donc sûrement bien plus frais dans la nuit), surtout quand les doigts commencent à geler et s’engourdir et que le feu ne prend pas si facilement que ça…un art de construire un feu !

Un séjour en Laponie pas si tranquille qu’il ne pourrait le paraître

Ce fut donc 4 jours, seul dans cette nature magnifique et magique, mais aussi dangereuse et implacable, où chaque erreur se paye cash, que j’ai vécu cette expérience de la solitude, ma première expérience nordique (en sortant du rassurant confort d’une auberge de jeunesse, d’une guest house, ou encore d’une stuga chauffés avec eau courant, électricité et chaleur).
Des erreurs aussi, et surtout l’impression de vivre, ailleurs que dans un quotidien métro/boulot/dodo…

J’entends déjà les mauvaises langues se moquer de moi (qui avait annoncé, et pensait réellement, dormir dehors) me dire que mon séjour n’était finalement pas si terrible que ça, et plutôt grand luxe. Et si oui, il s’est plutôt bien passé, malgré quelques petites mésaventures techniques, certains équipements pas totalement adaptés, et finalement être dans une cabane sans eau courante ni chauffage (sur lequel il suffirait uniquement d’appuyer sur un bouton pour se chauffer) n’est pas si aisé et agréable que ça, qu’à partir de -15 les gestes les plus simples deviennent compliqué, le matériel change, tout gèle, et pour des gens habitués à râler quand le 3 étoiles n’est pas assez confortable ou propre, ces remarques peuvent s’avérer énervantes !

Rivières et forêts de Laponie

Se perdre dans ce type de paysages marécageux où tout se ressemble

Rivières et forêts de Laponie

Se retrouver coincé du mauvais côté de la rivière en fin de journée, ça ne vous rappelle rien ?

Des photos de Laponie, encore, et encore…

Quelques nouvelles photos pour vous faire saliver (cependant, je n’ai pas tant d’images que ça, étant resté dans le même secteur celles-ci seront assez répétitives). Et si vous ne les avez pas déjà vu, voici les premières photos de mon séjour en Laponie mise en ligne la semaine dernière !

Le carnet de voyage devrait suivre dans les semaines à venir, et devrait être disponible à partir de cette page que j’actualiserais ultérieurement. Où pas d’ailleurs, on verra ce qu’il en sera…

Très content en tout cas de cette belle surprise de la part de Mikael et Maya, qui m’ont permis de vivre mon aventure et me forger mon expérience à la vie outdoor, en plein hiver arctique (enfin, plutôt printemps-hiver telle qu’est appelée cette saison par les Sames). La solitude m’a permis aussi de réfléchir, me recentrer sur l’essentiel, voir le bon et le moins bon du quotidien, et permis de réellement déconnecter…
Retour à la réalité, qui pour une fois est bien agréable !

Mon camp en Laponie

Traces de mes promenades sur mon territoire en Laponie

Mon camp en Laponie

Au loin mon camp protégé, sous un magnifique coucher de soleil, chaque soir (vers 17h lorsque j’y étais)

Mon camp en Laponie

Des soirées à attendre les Aurores Boréales, qui ne viendront pas si facilement que ça…

Mon camp en Laponie

La rivière Kalix, pleine de rapides

Mon camp en Laponie

Les Aurores Boréales, il faudra les mériter, et encore, elles ne furent pas très grosses…

A propos Laponico (570 Articles)
Passionné des régions nordiques et scandinaves. J'ai plusieurs voyages à mon actif, en Laponie suédoise, norvégienne et finlandaise, ainsi que dans d'autres régions de ces pays. J'aime les grands espaces, la nature et je pratique le karaté et la course à pieds/trail. N'hésitez pas à me contacter.

14 Commentaires le J’ai entendu chanter la rivière

  1. ouaouh! superbe article ! ca me rappelle mon séjour en Laponie mais ce n’était pas aussi beau que cela. J’en garde un souvenir magique.. chiens de traineaux, motoneige et cercle polaire… j’aime le bruit du silence là-bas ! 🙂
    magnifiques photos !
    Ca donne envie d’y retourner !
    🙂

    • Le bruit du silence, c’est très joli 🙂
      Ce que j’aimerais aussi beaucoup faire, c’est un raid en chiens de traineau : partir plusieurs jours, bivouaquer ou dormir dans des cabanes…ça doit être énorme !

  2. Cela a du être une très belle expérience! La cabane au bord de la rivière, cela a un côté magique…Les paysages sont superbes! Pour l’igloo, tu le feras la prochaine fois! 😉

  3. Tes amis suédois t’ont gâtés, quel bel endroit pour vivre ton expérience. La nature enneigée est superbe dans ce coin !!
    merci pour le partage, bises

  4. Ceux qui disent ou pensent que tu n’as pas vécu une aventure extraordinaire parce que tu as dormi dans une cabane n’ont pas fait l’expérience. Devoir faire son feu pour chauffer le refuge et aller chercher de l’eau “dans le trou” n’a rien de commun pour nous habitué au chauffage ou tu tournes un bouton pour l’augmenter et ou tu ouvre le robinet pour boire ou cuisiner !
    J’ai hâte de lire la suite 😉

    • Oui, tu résumes assez bien le truc, mais pas simple et un peu énervant de devoir se justifier !
      Mais j’avoue, comme je le mets dans l’article, j’avais été déçu par le livre de Sylvain Tesson “Dans les forêts de Sibérie”, car je ne voyais pas où était la difficulté de passer 6 mois dans une cabane avec un poêle, du bois, et des réserves…maintenant je comprends parfaitement et j’ai envie de le relire pour en refaire une critique et changer mon point de vue !

  5. Vraiment très tentant ! Au final, cette expérience pourra aussi te servir d’introduction pour aller peut être toujours un peu plus loin dans le futur !

    • Oui c’est ça, et je me suis rendu compte que certains vêtements “techniques” n’étaient pas totalement adaptés à la vie à 100% dans la neige et l’humidité (genre ma Northface Triclimate qui est imperméable MAIS avec l’intérieur en polaire qui fait que si il est mouillé par en dessous, bein ça humidifie l’ensemble, ce qui ne doit pas arriver avec des vestes et parka type goretex de partout), de même le tarp, bien que sympa, n’est pas si simple que ça à monter, et j’aurais été bien content d’avoir une tente fermée dans laquelle me réfugier – si j’avais dormi dehors – même si je pense que ça doit bien rester sympa, mais petit manque d’expérience de ce côté là 🙂

  6. Bel articles et tres jolies photos ! Ca me donnerait presque envie de partir au meme endroit pour ce genre d’expérience !

  7. Bien sympa ce récit de cabane. Ça donne envie de tenter l’expérience.

11 Trackbacks & Pingbacks

  1. Pantalon Softshel Activate Alpine Pants chez Jack Wolfskin | Carnets Nordiques
  2. Carnet de voyage en Laponie | Carnets Nordiques
  3. Devenez citoyen de l'Île Hans | Carnets Nordiques
  4. L'actualité des Givrés: it's "chaud time" ! | #Teamgivrés
  5. L'Aurora Retreat : Guest house en Laponie | Carnets Nordiques
  6. Des ptits votes pour ma chapka ? | Carnets Nordiques
  7. Neige du Jura | Carnets Nordiques
  8. Dans le Queyras et l'Aventure Nordique | Carnets Nordiques
  9. Bergans of Norway | Carnets Nordiques
  10. Ma cabane au Quebec | Carnets Nordiques
  11. Vidéo Into the Lapland | Carnets Nordiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*