News

Mes vêtements pour l’automne #1

sac fjallraven et veste adidas terrex coco sac fjallraven et veste adidas terrex coco

Comment s’habiller au début de l’automne ?

L’automne arrive, et s’installe. Il est temps de ranger les short et les tenues d’été, mais pas encore le moment de sortir les vêtements d’hiver. Surtout si l’hiver est chaud comme celui de l’année dernière. Enfin, si on peut appeler ça hiver, mais nous en reparlerons d’ici quelques semaines.

Si les matinées sont fraîches mais pas encore froides (autour de 10 degrés chez moi), le reste de la journée reste assez chaud – du moins pour ma sensibilité, je vois déjà des gens recouverts de manteaux et doudounes d’hiver (comment feront ils quand le thermomètre passera sous les zéros ?) – même si la pluie qui s’invite peut rapidement rafraîchir l’atmosphère et modifier de manière forte le ressenti.

Les stratégies d’habillement matinales

J’ai pour ma part du mal à m’habiller le matin, entre le fait de ne pas prendre froid quand je pars en vélo de Bois le Roi, où il fait souvent plusieurs degrés de moins qu’à Paris où je refais du vélib – et où 10 minutes de vélo avec le vent peuvent vite se révéler très désagréables, mais avec la problématique de ne pas me couvrir trop pour ne pas arriver en transpiration dans le train puis au bureau (suite au vélib…), et le retour le soir où la température autour de 20 degrés est assez chaude pour rester en t-shirt ou polo, mais où la pluie peut rapidement venir contrarier et faire diminuer la température ressentie, mais où trop s’habiller implique d’avoir trop chaud. C’est donc souvent compliqué et stratégique le matin lorsqu’il faut préparer ses affaires. Ma phrase étant très alambiquée, j’espère que vous avez compris : c’est compliqué en ce moment, il fait frais, chaud, il pleut, et il ne faut pas tomber malade.

Je ne vous parlerais donc pas encore des doudounes et autres vestes (vous pouvez d’ailleurs relire mon article sur les tendances de l’hiver 2015 qui arrive), mais plutôt de ces vestes et gilets qui m’accompagnent généralement sur ces périodes de transition, accompagnées d’une veste légère et respirante ne prenant pas trop de place pour me protéger de la pluie.
Bon et je ne vous parlerais pas non plus des applications météos que j’essaye de scruter le matin pour prendre les bonnes décisions.

protections pluie

Choix du matin, en ce moment c’est les protections contre la pluie !

La praticité avant toute chose

Ma priorité le matin quand je pars reste la praticité, donc jusqu’à maintenant, j’avais juste une sacoche pour mettre quelques affaires (portefeuille, CB, un bouquin, mes clef, etc.), donc ce que je portais devait être porté toute la journée (éviter de multiplier les couches que je devrais garder à la main en fin de journée). Mais depuis que je vais à la salle de sport plusieurs fois par semaine, j’ai un sac à dos dans lequel je mets mes affaires de sport (je reviendrais d’ailleurs sur mon sac Fjällräven Kånken qui est juste génial : suédois, simple, solide et pratique !), et donc je peux m’en servir pour mettre des couches de vêtements le matin et les ranger dedans ensuite. Bon, ces vêtements doivent être facilement compressibles, impossible de mettre une grosse polaire ou une doudoune.

Je pars donc le généralement le matin avec une couche intermédiaire isolante (qui devra me tenir chaud mais ne pas me faire (trop) transpirer, et une veste de pluie, légère et respirante (dans mon sac quand la météo est incertaine).

Fjallraven kanken

Mon sac Fjällräven kanken

Mes couches intermédiaires et de protection imperméable

Comme je l’explique ci-dessus, mon but est d’avoir une couche qui rajoute vraiment de la chaleur le matin pour le vélo, tout en étant respirante. Et légère pour aussi ne pas prendre de place (et rentrer dans mon sac). Puis une couche de protection contre la pluie, mais qui n’apporte pas de chaleur. Juste protection contre le vent (même 10 minutes en vélo la matin, ça peut vite piquer) et imperméable.

Une polaire Adidas Terrex Coco en couche intermédiaire

Je mets actuellement une veste polaire Adidas Performance Terrex Coco juste en 2ème couche : très légère en polaire fine, isolante, elle protège un minimum de la pluie (sans être imperméable), c’est vraiment une veste super. Elle m’a accompagné en Finlande où juste au-dessus du t-shirt elle m’apportait la chaleur dont j’avais besoin. Elle est vraiment agréable à porter, car on ne la sent pas (au début je pensais qu’il s’agissait d’un t-shirt épais, et non d’une réelle protection contre le froid).

Adidas Terrex coco

Adidas Terrex coco

sac fjallraven et veste adidas terrex coco

Ma jolie veste orange dans mon fidèle sac !

Les vestes imperméables Adidas Terrex GTX Active et Eider Maipo Defender

Je lui rajoute pour me protéger de la pluie la veste Adidas Terrex GTX active shell formotion. Derrière ce charabia se cache une veste ultra-technique : hyper légère (410 grammes), totalement imperméable (Gore-tex), isolante et respirante, bref agréable à porter. Une très bonne surprise que cette veste Adidas performance (j’y reviendrais plus longuement dans un article dédié à la gamme Terrex que j’ai réellement apprécié).
Comme elle est orange (un joli orange en passant), et qu’elle n’a pas de housse de rangement, je l’utilise surtout le week-end. En semaine, j’utilise plutôt dans mon quotidien une veste Eider coupe-vent et imperméable, ultra légère elle aussi, respirante, et surtout qui peut se ranger dans sa housse intégrée. Un peu comme les k-ways de notre enfance mais en plus joli (enfin, elle est noire), et surtout qui respire (si vous avez des souvenirs d’être autant trempés à l’intérieur qu’à l’extérieur du k-way, levez le doigt) ! C’est la Veste Eider Maipo Defender (mais qui ne semble plus être sur Eidershop). En tout cas, si elle est moins technique et agréable à porter que la veste Adidas Performance Terrex, elle reste très pratique (et bien moins chère).

Adidas Terrex GTX Active

Adidas Terrex GTX Active

Veste gore-tex Adidas Terrex GTX Active

Veste gore-tex Adidas Terrex GTX Active

Le côté mode avec Napapijri et les autres

Sinon pour varier j’ai un sweet-shirt Napapijri avec fermeture zippée : assez chaud, look sympa, il prend cependant de la place et ne rentre pas (ou prend toute la place) dans mon sac. Mais je l’aime bien (comme pas mal de produits Napapijri d’ailleurs), et donc je le porte assez souvent (j’aime beaucoup leurs produits, je scrute généralement les soldes et ventes-privées Napapijri car le revers de la médaille est le prix excessif de cette marque qui n’est pas technique.

gilet napapijri

Mon gilet zippé Napapijri

Petit point négatif Napapijri, c’est justement ce côté non technique à l’inverse de ce qu’on pourrait penser : j’ai une vestes de protection contre la pluie de la marque Napapijri. Son look est très sympa, elle est légère, cependant, elle ne respire pas. J’ai vite chaud avec mais dès qu’il fait froid elle ne suffit plus, et c’est donc pour moi une limite assez importante, surtout comparé à Eider ou Adidas, et on voit rapidement les différences de technicités. Avec aussi des prix qui chez Napapijri sont très élevés, si le look n’est pas le plus important, allez plutôt chez Eider, Adidas, The North Face ou d’autres marques spécialisées et plus techniques.

De même il m’arrive aussi souvent d’utiliser la partie extérieure de ma veste Triclimate de The North Face qui est aussi imperméable, respirante, mais plus lourde que les Eider et Adidas.

Sur un autre article, je vous parlerais encore des couches intermédiaires, avec les polaires/gilets que j’achèterais si je devais choisir maintenant…

A propos Laponico (570 Articles)
Passionné des régions nordiques et scandinaves. J'ai plusieurs voyages à mon actif, en Laponie suédoise, norvégienne et finlandaise, ainsi que dans d'autres régions de ces pays. J'aime les grands espaces, la nature et je pratique le karaté et la course à pieds/trail. N'hésitez pas à me contacter.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Selection de vestes et gilets pour l'automne | Carnets Nordiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*