News

Test : Aftershokz Aeropex, le casque à conduction osseuse

Casque à conduction osseuse Aftershokz

Aeropex d'Aftershokz Aeropex d'Aftershokz

Cela fait plusieurs années que j’entends parler d’Aftershokz, une marque assez récente puisque le premier casque de la marque est sorti aux Etats-Unis en 2012, mais qui n’a depuis cessé son expansion, notamment auprès des coureurs, avec leurs écouteurs à technologie de conduction osseuse.

Aftershokz, les spécialistes de la musique par conduction osseuse

Un casque à conduction osseuse, qu’est-ce que c’est ?

C’est une technologie qui envoie des vibrations à travers les pommettes et délivre le son à l’oreille interne, sans passer par le tympan comme le font les écouteurs classiques qui utilisent des haut-parleurs pour transmettre les vibrations par l’air.

Ainsi, vous ne positionnez pas les écouteurs dans l’oreille, mais au niveau des tempes. Votre oreille reste libre.

Ma tête parait énorme, mais on voir bien où sont positionnés les écouteurs

Si vous utilisez un casque pour courir (mais pas que d’ailleurs) vous avez surement l’habitude d’avoir soit les casques classiques “supra auriculaires” qui sont assez gros et se mettent par-dessus des oreilles, soit les écouteurs intra-auriculaires qu’on entre dans les oreilles, et sont assez « invasifs ».

Personnellement, j’ai beaucoup de mal avec la majorité de ces écouteurs, car je n’arrive pas à trouver la bonne taille d’embout, mais étant donné que je déteste courir sans musique, le choix est limité (et impossible de courir avec un gros casque…), et cela devient vite inconfortable, surtout quand la sueur s’en mêle (le casque s’enlève, glisse, etc).

L’intérêt de la conduction osseuse

Le casque à conduction osseuse répond donc sur le papier à cette première problématique de confort. Ensuite, il répond également à une problématique de sécurité, vous permettant de rester connecté à votre environnement (notamment lorsque vous êtes en ville, il ne vous isole plus de la circulation automobile, et en forêt, il vous permet de rester connecté à la nature, et notamment d’entendre les sangliers de bon matin).

Mon avis sur l’Aeropex

J’ai donc reçu en test l’Aeropex d’Aftershokz, modèle le plus évolué actuellement.

Sa pochette en silicone, les bouchons d’oreille, et je n’ai pas mis sur la photo les 2 câbles de chargement fournis avec.

Caractéristiques techniques de l’Aeropex

Très léger avec 26g, Bluetooth 5.0, étanche IP67 (on peut courir avec sous la pluie sans crainte), et 8h d’autonomie annoncée, il est donc parfait à la fois pour les entraînements quotidiens, les trajets velotaf, et les sorties longues, des trails aux marathons. Il est livré avec un étui en silicone, 2 câbles de charge, et une paire de bouchons d’oreille.

L’appairage avec mon Galaxy S21 s’est fait tout seul, et il n’y a pas de coupures de son ou de grésillements en utlisation, on peut s’éloigner du téléphone sans soucis (le Bluetooth 5.0 permet une dizaine de mètre d’éloignements).

En terme de contrôles, on a un bouton on/off sur le côté droit qui sert également pour augmenter le son – et qui est légèrement plus gros au toucher – et juste à côté le bouton pour diminuer le volume. Simples à utiliser et trouver en course, rien à redire la dessus.

Sur le côté gauche, au niveau de la tempe, se trouve le bouton lecture/pause, un peu plus difficile à trouver au début (il n’est pas placé au même endroit que ceux du côté droit, ce qui est étrange au début). Ce bouton servira également pour décrocher un appel, avancer ou reculer, comme c’est le cas généralement en appuyant plusieurs fois dessus.

Le bouton lecture/pause situé sur la gauche de la tête. Pas évident à trouver au début ou avec des gants.
Situé sur le côté droit des écouteurs, la parti qui sert à charger, puis le bouton on/off (+) et le –

Aftershokz, une nouvelle manière de profiter de la musique

Le premier gros point positif de l’Aeropex, c’est le confort. Comme je l’expliquais un peu avant, mes conduits auditifs ne sont pas gros, et j’ai vraiment du mal à supporter plus d’une demi-heure des écouteurs intra auriculaires, qui sont malheureusement majoritaires depuis quelques années. Là c’est simple, une fois positionné, on ne sent absolument pas l’Aeropex, même après plusieurs heures. On peut courir, sauter (je l’ai utilisé lors d’un trail et pendant des entraînements de cross-training), il ne bouge pas, et ne se sent pas. C’est juste dingue !

Ensuite le son, j’avoue avoir été assez étonné car celui-ci est tout à fait correct, avec peut-être un léger manque de basses par rapport à des écouteurs intra de qualité, mais il reste tout à fait agréable. Le gros avantage est de pouvoir entendre les sons aux alentours, et par exemple de pouvoir discuter sans avoir à stopper la musique ou les retirer (le truc pénible avec des intras, qu’il faudra ensuite remettre). Au cas où vous voudriez vraiment être isolés, ils sont vendus avec une paire de bouchons d’oreilles (ce qui peut être utile dans les transports en commun, car par contre j’imagine que dans le métro cela doit être plus compliqué).

De même en communication téléphonique, on entend très bien son interlocuteur sans être coupé de l’extérieur, et je n’ai pas eu de retour quand à un éventuel problème de son quand je parle, même en milieu bruyant, il semble bien filtrer les sons.

Pour terminer, je mettrais un petit bémol au niveau du prix qui est assez élevé (même si il reste dans les tarifs de ce type d’écouteurs), cependant, il existe une version d’entrée de gamme qui me semble également plutôt intéressante : l’Openmove est en effet bien moins onéreux, mais son autonomie est moins élevée et il n’est pas étanche (IP55, c’est à dire seulement résistant à la sueur, ce qui est déjà pas mal), et sa technologie de conduction osseuse est un peu plus ancienne, à voir si cela s’entend.

En tout cas, l’Aeropex d’Aftershokz est vraiment un produit top que je recommande chaudement ! A voir dans la durée (mes casques ont tendance à tenir entre 1 et 2 ans étant donné que je les sollicite beaucoup, et ça fait vite un budget), mais je vais avoir du mal à repartir sur d’autres types de casque, du moins pour l’activité sportive.

A propos Laponico (611 Articles)
Passionné des régions nordiques et scandinaves. J'ai plusieurs voyages à mon actif, en Laponie suédoise, norvégienne et finlandaise, ainsi que dans d'autres régions de ces pays. J'aime les grands espaces, la nature et je pratique le karaté et la course à pieds/trail. N'hésitez pas à me contacter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.