News

Égarements forestiers…

Coucher de soleil sur Forêt de Fontainebleau Coucher de soleil sur Forêt de Fontainebleau

Le temps était revenu au beau, mais pas trop chaud, après plusieurs jours de grisaille et de pluie. C’était agréable en fin de journée de respirer, et le temps était ainsi idéal pour aller courir.
Sortie longue, mais pas trop. J’essaye depuis quelques semaines de faire une sortie d’environ 2 heures chaque semaine, mais j’avoue que la dernière sortie, qui comportait un peu de dénivelé, m’avait un peu cassé les jours suivants. Il faut dire j’avais enchaîné 2 jours plus tard 35mn de tapis de course avec côtes+gainage et muscu…
L’idée du soir était de courir sur du plat, pas trop compliqué, pas trop vite, bien rester dans les 150 pulsations minutes max (je dis bien max), 1h30 environ, et pourquoi pas accélérer sur la fin histoire de.

J’avais envie de changer de mes parcours habituels, et au vu du soleil qui baisse de soirs en soirs, j’allais pouvoir l’admirer se coucher, pour peu que je trouve un bon point de vue, au bon moment.
Je jetais mon dévolu sur la Tour Dénécourt. C’est (je crois), l’endroit le plus haut de la forêt de Fontainebleau, offrant une vue impressionnante sur la forêt à 360°, et construite par François Dénécourt, celui qui a balisé la forêt, en 1851, et inaugurée par Napoléon III (quand même !).
Selon la “légende” (ou le pote qui me l’a fait découvrir la première fois), on pourrait apercevoir la Tour Eiffel. C’est vrai que la vue est impressionnante sur la région, même si des arbres qui ont bien poussé empêchent de voir l’horizon lointain.

Je ne savais plus exactement où elle se situait, juste qu’elle était dans le secteur et que je devrais réussir à la trouver, il y aurait bien des indications. J’y étais déjà venu, mais en passant par d’autres chemins.
Je suis donc partis tranquillement, tenue de running Icebreaker idéale, et pour l’occasion j’avais ressorti mes Hoka One One Valor, une grande partie de mon trajet se ferait sur une route forestière goudronnée (la Route Jean Bart pour ceux que ça intéresse).
Après quelques kilomètres sur des sentiers sablonneux, j’arrivais au rond point de la Croix de Toulouse d’où j’allais m’engager sur la route forestière qui devait me guider directement à la Tour, du moins le pensais-je, n’ayant absolument pas regardé de carte.

Je couru, et au bout de 6/7 km, j’arrivais à Fontainebleau (enfin plutôt à Avon, commune qui touche Bleau, et où se situe la gare de Fontainebleau-Avon (j’imagine toujours les gens qui arrivent en train et doivent parcourir un bon chemin bien long pour arriver au centre ville, bref, rien à voir).
J’étais allé un peu trop loin, et je ne voyais pas où j’avais pu louper la Tour, qui je le savais était accessible via la route forestière goudronnée que j’avais emprunté.
Je fis demi-tour, et emprunta la Route forestière de la Tour Dénécourt…si elle ne se trouvait pas là…
Arrivé à un gros croisement de plusieurs routes forestières, une route goudronnée prenait une direction qui semblait similaire à la mienne, et quelques chemins grimpaient sur la gauche, j’estimais que la Tour devait être dans cette partie et je suivis donc un petit sentier très agréable en sous-bois, qui grimpait doucement, en semblant longer ce qui ressemblait à un point haut, en le contournant. J’étais sur la bonne voie.
Tout à coup, la direction changea totalement et le sentier partis dans une autre direction, avant d’arriver à un croisement de plusieurs chemins.
Autant le dire, j’étais paumé, alors je pris une direction au pif (quitte à être perdu, autant ne pas trop réfléchir), et je suivis quelques balises bleues indiquant les sentiers Dénécourt-Colinet, j’étais sûrement sur le bon chemin.
Je grimpais de plus en plus, et un chemin en lacet le fit apercevoir quelques mètres plus haut des piliers, j’étais arrivé. Je continuais, mais au bout de 5mn, toujours rien, le chemin repartais à nouveau dans un autre sens, je tournais en rond, j’étais encore un peu plus paumé.
Arrivé à un autre gros croisement de chemins et assez haut, une carte de la forêt indiquait la Tour mais pas du tout où nous étions, c’était intelligent ça.
Le soleil tombant de plus en plus, je courais depuis 1h environ, je décidais de rentrer, je n’avais prévu ni eau, ni haut, ni lampe, et on commençait à ne plus voir super bien.

Autour de la tour denecourt

Ca c’est un peu les différents chemins empruntés !!!

Je pris une direction que je pensais être la bonne vers Bois le Roi (où j’habite), et arrivé quelques centaines de mètres plus bas, je vis partir un sentier sur la droite, d’après la carte que j’avais vu juste avant peut-être qu’il m’emmènerait à la Tour, je le suivis donc, d’un dernier baroud d’honneur. Mais en fait non, après quelques centaines de mètres, rien n’indiquait la présence d’une quelconque Tour, je décidais donc de rebrousser chemin, chose que je déteste pour reprendre le chemin d’avant (la Route de la Butte à Guay) qui devait me ramener sur mon chemin forestier goudronné.
J’arrivais au gros croisement (l’un des premiers dont je parle), d’où partaient 2 autres routes goudronnées et j’emprunterai celle que je pensais être la bonne (il y en avait 2 côtes à côtes).
Mais elle montait, et tout à coup, je vis un tout petit sentier monter et du clair en hauteur.
J’avais trouvé la Tour Dénécourt, qui était bien plus proche que ce que je pensais !
J’arrivais pile au bon moment, juste pour voir le soleil se coucher sur la forêt, instant de grâce tellement le ciel était magnifique. Il m’avait attendu le soleil, c’était sympa.

Coucher de soleil depuis la Tour Denecourt

Coucher de soleil sur Forêt de Fontainebleau

Panorama Foret de Fontainebleau Tour Denecourt

Point de vue de la Tour Dénécourt

Je redescendis et repris donc l’autre route, qui était cette fois la bonne !
J’accélérais le pas, histoire de pousser un peu la machine, quand un sanglier me barra le chemin: il m’a regardé, je l’ai regardé, j’ai pas pris de selfi.
C’était son heure de sortie, il devait se demander ce que faisait cet homme bizarre à cette heure là, mais il repris ses occupations !
J’arrivais au Carrefour de la Croix de Toulouse, puis repris des sentiers connus sur 2km en vitesse bien poussée, j’étais content de pouvoir accélérer comme ça au bout d’1h30, pour terminer cette session qui aura finalement duré 1h47, et 16km.
Déception par contre, c’est ce tendon d’Achille qui me fait toujours souffrir, alors même que je cours avec des chaussures ayant du drop…j’espère tenir jusqu’au 19 septembre et le Trail de Fontainebleau…
Belle sortie en tout cas, si je me suis un peu égaré et ai eu du mal à trouver mon objectif, le trajet était bien agréable et le temps parfait !

Du haut de la Tour Denecourt

Pas tomber !

Vue depuis la haut de la Tour Denecourt

POint de vue de la Tour Dénécourt

A propos Laponico (570 Articles)
Passionné des régions nordiques et scandinaves. J'ai plusieurs voyages à mon actif, en Laponie suédoise, norvégienne et finlandaise, ainsi que dans d'autres régions de ces pays. J'aime les grands espaces, la nature et je pratique le karaté et la course à pieds/trail. N'hésitez pas à me contacter.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Récit Impérial Trail Fontainebleau | Carnets Nordiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*