News

Mon premier drone, le Bebop de chez Parrot

images bebop

Voler et prendre des images avec un Drone

Cela faisait un moment que les drones me faisaient rêver. Pouvoir faire voler un engin de ce type, jouer avec, et rapporter de belles images sous un angle nouveau, sans avoir à chercher les meilleurs points de vue, quel fantasme ! Le pied pour le geek et l’enfant que je suis, et pour l’amateur d’image cherchant toujours le meilleur point de vue.
Mais cela me paraissait globalement inaccessible ou du moins très cher (j’imaginais un drone correct autour de 1500€).
C’est alors que je suis tombé je ne sais plus trop comment sur la marque Parrot, notamment connue pour son AR Drone, et leur assez récent Bebop: une caméra qui semblait tenir la route, un drone visiblement bien sympa à piloter, pour un tarif très abordable (499€ sans télécommande, mais pouvant fonctionner en wifi avec iPad ou iPhone servant de télécommande).

Je m’en suis donc procuré un que j’ai eu la chance de tester devant un mois lors de mes vacances d’été.

Parrot Drone Bebop

Le pack que vous pouvez trouver un peu partout (notamment dans les Apple Store)

Débuter avec un drone

Pour commencer, je me suis acheté un mini drone Cheerson CX-10 à 20€, histoire de me faire la main, car si les drones type Bebop sont bien assistés, j’avais lu plusieurs fois que les crash étaient inévitables, et que l’entrainement au pilotage d’un petit drone était indispensable, car plus difficile et sans gravité en cas de crash, ce qui rendait la suite plus simple.

Effectivement, les premiers vols ont été plutôt compliqués (et la batterie de 6 minutes n’aide pas, mais elle se recharge relativement rapidement), mais au bout de quelques jours j’étais plutôt fier de réussir à poser mon drone (plus ou moins) là où je le voulais.
Je suis donc passé au Bebop.

Bebop Drone par Parrot

De taille plutôt raisonnable (28x32cm, pour seulement 420g), il est livré avec des hélices de rechanges, des protections, une batterie de rechange, et un protège caméra.
Il contient une mémoire interne de 8 gigas, il faut donc le brancher en USB pour transférer vos vidéos, ce qui implique avec 8 gigas de faire 4 sorties max avant de devoir le vider.
Pour fonctionner, il vous faut télécharger l’application Freeflight 3 et lier le drone à votre smartphone ou votre tablette. Simple.
Le drone est un petit concentré de technologies permettant de voler en toute sécurité, éviter de la perdre ou de le crasher:
Processeur quadri-coeur, accéléromètre, gyroscope, magnétomètre, capteur à ultrasons, capteur de pression, et une caméra verticale. Au niveau de la caméra principale, celle qui va filmer, c’est 14 millions de pixels et F 2/2 en ouverture.

Une fois tout correctement paramétré (c’est vraiment très simple), on attend que le drone ai récupéré le signal GPS (afin qu’il retrouve où rentrer si vous perdez le signal), puis on appuie sur « démarrer », et il s’envole à 1 m environ de hauteur pour se stabiliser.
Après, on joue !

Drone Parrot Bebop

Le drone: très léger, et solide, malgré quelques crash !

Voler avec le Parrot Bebop

Avec l’iPad ou l’iPhone, il se pilote à l’accélérometre : en posant votre pouce sur le « pad », il ne reste qu’à pencher l’iPad vers l’avant pour avancer, derrière pour reculer, et gauche ou droite pour se déplacer. C’est très intuitif et très simple. Quand vous lâchez tout, il se stabilise.
C’est très réactif donc au départ, le premier conseil que je vous donnerais serait d’aller dehors dans un endroit dégagé pour ne pas risquer de le casser ou blesser quelqu’un.
Sur l’application Freeflight qui vous sert à le gérer, vous verrez à la fois ce qu’il filme, et les informations relatives au vol: hauteur, vitesse, et quelques autres informations ainsi que les commandes, donc le bouton rouge « Emergency » pour couper les moteurs en cas d’urgence.

FreeFlight Parrot

Voici ce que vous voyez en pilotant avec les informations de vol

FreeFlight Parrot

Ici on paramètre le retour au point de départ: étape indispensable !

Si vous n’avez pas la télécommande de Parrot – le Skycontroller qui donne théoriquement une portée de 2km – vous serez limité par la portée wifi de votre smartphone ou tablette. Assez limité avec mon iPhone 5s (une trentaine de mètres seulement), 90m environ avec mon iPad 2, c’est déjà mieux mais ça reste très peu je trouve: si 90 est très bien pour la hauteur, en terme de distance on atteins la limite de la portée très rapidement. Et dans ce cas, le drone s’arrête et revient tout seul au bout d’une minute au point GPS d’origine.
De plus, même si on s’y habitude, ce n’est pas forcément des plus optimum de contrôler un drone avec un écran tactile, car les doigts ont tendance à glisser, et on se retrouve des fois à vouloir faire un panorama 360° mais que le drone reste « bloqué » car le doigt aura glissé. Je préfère perso avoir une vraie télécommande !
Attention cependant, le retour reste aléatoire, si il y a un obstacle entre le drone et vous il se le prendra, et le point d’arrivé peut être assez éloigné du point d’origine, ce qui est plutôt gênant si vous êtes dans un endroit type bord de mer, ou avec des maisons à proximité (j’en ai fait l’expérience !).

Globalement c’est le gros reproche que je ferais un Parrot Bebop, sans le Skycontroller on est très limité et c’est dommage.

Parrot Skycontroller Bebop Drone

Le Skycontroller permettant de donner beaucoup plus de portée du Bebop

Stabilité et vidéo sur le Bebop

L’autonomie est d’environ 11mn, et il est livré avec 2 batteries qui se rechargent en 45mn environ. Les batteries de rechange ne coûtent pas non plus très chères, vous en trouverez entre 30 et 40€ d’assez bonne qualité.

D’un point de vue vol, j’ai été assez bluffé de sa stabilité. Même avec pas mal de vent, il se maintient, et il y a même une fois en Bretagne où une bourrasque l’a fait partir sur 2/3 mètres plus loin en looping, et il s’est restabilisé là où il se trouvait juste avant.

Au niveau vidéo, la caméra embarque un capteur 14 mégapixels, et F 2/2 en ouverture, et la qualité est plutôt bonne. Contrairement à d’autres drones type Dji Phantom qui ont des nacelles stabilisatrices mécaniques, là tout est logiciel. Et ça rend bien ! Après par contre, en cas de vent assez fort, on verra sur les vidéos de la pixelisation.
Voici ci-dessous quelques photos et vidéos prises avec le Bebop: attention, il s’agit de Vidéos compressées (depuis Vine), et les photos sont des captures d’écrans de vidéos.

Photos Parrot Bebop

Photos Parrot Bebop

Photos Parrot Bebop

Photos Parrot Bebop

Photos Parrot Bebop

Drone Parrot Bebop

Drone Parrot Bebop

Drone Parrot Bebop

Drone Parrot Bebop

Et quelques vidéos :

Mon avis sur mon premier Drone, le Bebop

En tout cas, c’était pour ma part une découverte : depuis un moment je regardais les drones, et j’avais déjà eu envie de jouer avec les AR Drones de chez Parrot qui sont les plus connus. J’ai pris vraiment plaisir à piloter (même si c’est très assisté, le pilotage c’est plutôt avec le bébé drone, au début on a quand même un peu peur de le voir s’écraser), et ramener des photos et vidéos d’angles complètement inédits : plus besoin de chercher des points de vue !!!

Après on reste encore limité par les durées des batteries (10mn ça passe vite), et dans le cadre du Bebop par la portée en wifi. Avec la télécommande Skycontroler et sa portée de 2km ça doit être autre chose, mais le prix n’est plus le même.
Enfin attention à la législation française très restrictive: on a quasiment le droit de ne rien faire, il faut donc être très prudent et bien se renseigner sur les zones où vous ne risquez pas d’avoir des soucis et/ou de blesser quelqu’un !

En tout cas, si vous avez envie de découvrir et vous mettre au quadricoptère (c’est comme ça qu’on devrait appeler les drones normalement), sans y mettre un budget énorme et avec des possibilité sympa, le Bebop est plutôt sympa. après l’hésitation vient pour ma part de l’utilisation que vous en aurez par la suite.

Vous pouvez l’acheter chez Amazon.

Tous mes tests hightech:
Retrouvez tous les tests hightech sur cette page

A propos Laponico (510 Articles)
Passionné des régions nordiques et scandinaves. J'ai plusieurs voyages à mon actif, en Laponie suédoise, norvégienne et finlandaise, ainsi que dans d'autres régions de ces pays. J'aime les grands espaces, la nature et je pratique le karaté et la course à pieds/trail. N'hésitez pas à me contacter.

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Premier vol du Dji Phantom 3 à Fontainebleau | Carnets Nordiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*